25 Sep, 2017

Colloque2015-v2 

Lundi 5 octobre 2015

 

5 à 7 - Cocktail d'ouverture

Auberge de la Pointe, Café-Bar-Terasse Le Mirador, 10 boulevard Cartier, Rivière-du-Loup, Québec, G5R 3Y7

Nous vous acceuillerons avec un cocktail de bienvenue, une vue imprenable sur le fleuve Saint-Laurent et une ambiance festive.

Artiste invité:jimmy rouleauWEBJimmy Rouleau 
https://jimmy-rouleau.bandcamp.com/

Jimmy Rouleau fait sa place sur la scène Indie québécoise avec des chansons néo-folk douce-amères bien ficelées. « Si vous aimez Neil Young, Radiohead, Daniel Bélanger, The Rolling Stones ou Robert Charlebois, vous aimerez ce spectacle planant dans l’air du temps. Beaucoup plus qu’un simple chansonnier, l’auteur-composieur-interprète vous transporte dans son univers musical, son microclimat! ».

 

 

Mardi 6 octobre 2015

8h30 - Accueil

Auberge de la Pointe, 10 boulevard Cartier, Rivière-du-Loup, Québec, G5R 3Y7

 

9h00 - Le paysage au Québec: quels acquis, quels défis pour l'aménagement et la mise en valeur des territoires ?

Auberge de la Pointe, 10 boulevard Cartier, Rivière-du-Loup, Québec, G5R 3Y7

Personne-ressource:Domon Gerald Photo

Monsieur Gérald Domon, professeur titulaire à la faculté de l'aménagement de l'Université de Montréal et Directeur scientifique associé à la Chaire en paysage et environnement de l'Université de Montréal ainsi qu'à la Chaire UNESCO en paysage et environnement de la même institution.
www.paysage.umontreal.ca/fr/biographie/gerald-domon
www.architecturedepaysage.umontreal.ca/paysage/professeurs/fiche/utilisateur/gerald-domon-197/

En matière de paysage, l’année 1995 a été marquée par plusieurs événements importants dont la tenue des États généraux sur les paysages québécois. Vingt ans plus tard, quels sont les acquis et quels sont les défis que pose le paysage pour l’aménagement et la mise en valeur des territoires? C’est à ces deux questions que s’attarde la conférence.

Un regard rétrospectif montre l’ampleur du chemin parcouru et l’importance des acquis. Ainsi, après d’âpres discussions sur « ce qu’est vraiment le paysage », on convient aujourd’hui à l’instar de la convention européenne des paysages qu’il renvoie « au territoire tel que perçu par la population ». De même, au cours des dernières années, tant à l’échelle nationale que régionale ou locale, des études ont démontré l’importance réelle du paysage en tant que ressource agissant sur la localisation des activités touristiques certes mais aussi résidentielles et économiques. De même encore, si les intervenants ont longtemps souffert de l’absence de méthodes de caractérisation et d’évaluation des paysages adaptées au contexte québécois, celles-ci sont aujourd’hui disponibles et accessibles comme le montre la publication d’un récent manuel (Domon et Ruiz, 2015a). Enfin, l’analyse des initiatives de paysage menées au cours des vingt dernières années démontre à quel point les organismes locaux et régionaux (municipalités, MRC, CRÉ) ont compris l’importance de leur rôle en matière de protection et de mise en valeur des paysages.

Or, en dépit de ces acquis la reconnaissance formelle de l’importance du paysage tarde toujours et le Québec continue à accuser un retard certain par rapport à d’autres pays occidentaux, comme le montrent notamment les conflits que soulève à répétition les projets d’infrastructure ou d’exploitation des ressources (Domon et Ruiz, 2015b). Aussi, les défis demeurent-ils nombreux. Il s’agit d’abord de réussir à rendre plus rapidement tangible les retombées résultant de la prise en compte du paysage en aménagement. Il s’agit également d’en arriver à mieux articuler les politiques nationales (ex. : politique de développement hydroélectrique, de l’éolien, du secteur minier, etc.) avec les démarches locales et régionales de mise en valeur des paysages. Il s’agit enfin d’amener l’État québécois à outrepasser la timidité de son action. Ainsi, vingt ans plus tard et malgré l’insistance du milieu, il n’y a toujours pas de politique du paysage, l’implication gouvernementale s’étant à ce jour limitée à la mise de l’avant de deux statuts (Paysage humanisé et Paysage culturel patrimonial) dont la contribution réelle en matière de protection et de mise en valeur des paysages tarde à venir et, du coup, reste à démontrer (Domon, 2015).

La présentation est accessible aux participants du Colloque VVAP 2015, veuillez communiquer avec nous si vous étiez des nôtres.
Toutefois, voici les résultats de la compilation du court sondage qui a été réalisé dans le cadre de cette conférence: Acquis et enjeux_Résultats
Nous vous invitons également à nous faire part des initiatives sur le paysage culturel au Québec en nous faisant parvenir ce Formulaire à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Profitant de la réflexion que suscite monsieur Domon sur la question des paysages et de leur mise en valeur, quelques projets innovateurs issus d’initiatives locales vous seront présentés. À travers des expériences tant rurales qu’urbaines, vous constaterez le travail des communautés pour protéger, mettre en valeur et animer le paysage comme un élément identitaire et culturel unique.

(Cliquez sur les titres suivants pour en savoir davantage)

 

12h00 - Diner

Auberge de la Pointe, Restaurant L'Espadon, 10 boulevard Cartier, Rivière-du-Loup, Québec, G5R 3Y7

13h00 - Atelier sur le codéveloppement professionnel

Auberge de la Pointe, Café-Bar-Terasse Le Mirador, 10 boulevard Cartier, Rivière-du-Loup, Québec, G5R 3Y7

Personne-ressource:Logo final AQCP
Monsieur Michel Desjardins, président de l'Association québécoise de codéveloppement professionnel (AQCP)
www.aqcp.org

« Le groupe de codéveloppement professionnel est une approche de développement pour des personnes qui croient pouvoir apprendre les unes des autres afin d’améliorer leur pratique. La réflexion effectuée, individuellement et en groupe, est favorisée par un exercice structuré de consultation qui porte sur des problématiques vécues actuellement par les participants. »

Comment fonctionne un groupe de codéveloppement? Quels en sont les avantages? Comment le codéveloppement peut aider les agents  de développement culturel dans les municipalités et les MRC? Voilà quelques questions qui seront abordées lors de cet atelier. Comme le codéveloppement est une méthode d’apprentissage dans et sur l’action, l’atelier comportera une brève présentation mais sera surtout expérientiel. Vous aurez donc l’occasion d’expérimenter une séance de codéveloppement, soit comme « client » ou comme « consultant ».

Animation des séances de codéveloppement par des membres de l’Association québécoise du codéveloppement professionnel :

  • Michel Desjardins, M.Ps., M.Ed., ACC, Coach et animateur de groupe de codéveloppement professionnel, Président de l’Association québécoise du codéveloppement professionnel.
  • Mylène Beauchamp, B.A., ACC, Alievo boîte à coaching, et animatrice de groupe de codéveloppement.
  • Ginette Bégin, Consultante en management constructif, coach et animatrice de groupe de codéveloppement.

Consulter le document de présentation dans la bibliothèque des membres
La présentation est accessible aux membres du réseau de la Fondation VVAP dans la section qui leur est réservée. Pour les participants du Colloque VVAP 2015, veuillez communiquer avec nous si vous étiez des nôtres.

 

17h00 - Visite du Manoir Seigneurial Fraser

* Les participants sont invités à covoiturer pour se déplacer vers le Manoir Seigneurial Fraser, le restaurant et ensuite, pour le spectacle de contes en soirée.

Manoir Fraser 2005
Personne-ressource : Présenté par Marie-Soleil Jean, directrice générale du manoir Seigneurial Fraser

Situé au cœur du Vieux Rivière-du-Loup, le manoir Seigneurial Fraser témoigne de l’influence qu’a eue cette prestigieuse famille dans l’essor de Rivière-du-Loup au XIXème siècle. La Société de sauvegarde du patrimoine du Grand-Portage, gestionnaire des lieux a su mettre en valeur autant les jardins anciens que le bâtiment patrimonial en alliant la technologique aux présentations plus traditionnelles

 

 

18h00 -  Souper des participants

Le Symposium - Resto Boutique, 364 rue Lafontaine, Rivière-du-Loup, Québec, G5R 3B3
www.symposiumresto.com

* Les participants sont invités à covoiturer pour se déplacer vers le restaurant et ensuite, pour le spectacle de contes en soirée.

 

20h00 -Spectacle de contes

Fous Brassants - Microbrasserie,  262, Lafontaine, Rivière-du-Loup, Québec, G5R 3A8
www.auxfousbrassant.com

 Présenté grâce à la collaboration de Les Compagnons de la mise en valeur du patrimoine vivant de Trois-Pistoles
www.contes-recits.ca

Un spectacle dans le cadre des Rendez-vous s'épivarde sera tenu à la Microbrasserie Aux Fous Brassant de Rivière-du-Loup. Deux conteuses de Rimouski (d'adoption!) fouleront les planches pour vous présenter leurs toutes nouvelles créations. Dès 19h30, laissez-vous séduire par ces femmes étincelantes!

 

Odile GallantphotoOdileGallant1

Le jour où Odile décida de se consacrer à elle-même, elle tomba amoureuse d'un homme et de son pays. C'est le Québec qui lui permet enfin de développer le défaut atavique familial: raconter des histoires. La tête ici et ailleurs, sous deux longitudes, elle s'est mise à rouler les mots en boulettes pour les jeter en l'air et les faire retomber en flocons d'histoires... Entre mensonge et réalité, traditions et fictions, elle revisite son île, voyage sur les mots pour rapprocher les rivages méditerranéens des berges du Saint-Laurent.

Son spectacle : Le spectacle est une traversé de l'île magique et superbe qu'est la Corse avec ses légendes de mer et de montagnes dans lesquelles se croisent humains fous et bêtes sages.

Clémentine NogrelClementine Nogrel

Clémentine est cette petite étoile qui semble s’être décrochée du ciel pour venir nous faire rêver. D’abord née il y a 25 ans sous le soleil du sud de la France, Clémentine avait beaucoup de taches de rousseurs. 20 ans plus tard, elle part pour le Québec, une folle aventure le temps d’un trimestre, devenu bientôt une longue croisade dans le pays des glaces. Depuis, son cœur s’est accroché aux rives du Saint-Laurent et elle fait ce qu’elle a toujours voulu faire du temps où elle avait des taches de rousseurs : découvrir la vie et en conter des bouts. Elle le fait avec élégance et légèreté, d’une aisance déconcertante. Tout porte à croire que la petite étoile qu’elle était est devenue grande, et qu’il est grand temps que vous veniez la voir briller de pleins feux.

Son spectacle :Loufoque ! est un spectacle de contes où les loups sont à l’honneur. Vous y trouverez : des loups au chômage depuis qu’ils ont été congédié des contes de fées, un loup qui se fait envahir par les lettres de l’alphabet et un loup qui tombe malade de ne savoir s’arrêter de (trop) manger. Parce que le loup est un personnage complexe ! À la fois drôle et épeurant, il éveillera le malin qui sommeille en vous.

 

 

Mercredi 7 octobre 2015

8h30 -La route du Patrimoine

DÉPART de Rivière-du-Loup vers Cacouna
Rendez-vous à l'entrée principale de l'Auberge de la Pointe. Soyez à l'heure!

Le circuit se fera en autobus et sera animé avec l'aide de quelques complices tout au long de la route, afin de vous faire découvrir la route du Patrimoine et une partie du circuit du patrimoine.

 

CACOUNA 2015: Projets des Randonnées du passé - Balado diffusion

Personne-ressource : 
Monsieur Yvan Roy, promoteur du projet 

Au départ, les projets de baladodiffusion et de réfection des circuits physiques ont été montés en complémentarité et avec l’idée d’y intégrer les diverses facettes de notre patrimoine (bâti, naturel, historique) et de pouvoir les relier aux divers projets régionaux (MRC) de mise en valeur de notre territoire, afin d’attirer le plus de clientèle possible et d’avoir du contenu pour tous les goûts et tous les âges.

Le potentiel de ces circuits réaménagés réside :

  • dans la mise à jour des 2 circuits du patrimoine bâti originellement créés en 1994;
  • dans la réponse qu’ils donnent aux demandes grandissantes des visiteurs et des touristes, tant ceux intéressés par l’histoire ou la littérature: curiosité de découvrir les endroits fréquentés par Nelligan, par des personnalités du siècle passé, par nos origines acadiennes, par la présence historique d’une réserve autochtone, que ceux férus de nature, faune et flore;
  • dans leurs liens et leur interaction avec les développements en cours, locaux et régionaux: amarrage au projet côtier Kiskotuk, à la volonté régionale de développer des accès publics au fleuve et de développement commun de toute la zone côtière de la MRC;
  • dans leurs liens avec le passage chez nous de la Route Verte et de la Route Bleue;
  • dans la justification visible qu’ils offrent au maintien de notre municipalité au sein du réseau des Plus beaux villages du Québec.

En créant ces liens avec les autres acteurs et lieux de développement, nous multiplierons réciproquement nos clientèles et pourrons leur offrir une gamme variée et enrichie d’activités et de contenus qui profiteront à tous les intervenants et augmenteront d’autant l’attractivité de notre milieu, la rétention des visiteurs et un plus grand achalandage de nos commerces de services.


LA PREMIÈRE NATION MALÉCITE DE VIGERLogo Nation Malecite

Personne-ressource :
Madame Laurence Côté-Cournoyer, agente de développement culturel de Malécite de Viger

Appelés Etchemins  par Samuel de Champlain, les Malécites appartiennent à la famille linguistique algonquine. Ils étaient environ mille lors de l’arrivée des Européens. Ils s’appelaient entre eux «Wulust’agooga’wiks», c’est-à-dire «Peuple de la belle rivière». Anciennement dispersés sur une bande de territoire allant du Nord au Sud du Fleuve Saint-Laurent jusqu’à la Baie de Fundy et entourés à l’Ouest par les Penobscots (région de la Beauce actuelle) et à l’Est par les Micmacs (Gaspésie actuelle), les Malécites s’y déplaçaient principalement par voies navigables. Le territoire des Malécites a été morcelé considérablement à cause des conflits de territoire entre les Français, les Anglais et même les Américains. Après 2 tentatives de mise en réserve, une à Viger, l’autre à Withworth, le gouvernement a acheté en 1891 un lopin de terre à Cacouna qui deviendra la plus petite réserve au Canada.  Territoire trop petit pour y accueillir un grand nombre de Malécites, seulement quelques habitations s’y étaient installées, le reste des Malécites étant déjà dispersé partout au Québec. Le dernier habitant de la réserve, le Chef Jacques Launière mourut dans les années 70. Il fallut attendre jusqu’en 1987 avant que les Malécites se retrouvent à Rivière-du-Loup pour élire un nouveau Conseil de bande. En 1989, les Malécites furent reconnus comme la 11e Nation autochtone du Québec.

 

LA MAISON DENIS-LAUNIÈREMaison Denis-Launiere

Personne-ressource :
Madame Laurence Côté-Cournoyer, agente de développement culturel de Malécite de Viger

Située sur l’actuelle réserve de la communauté malécite de Cacouna, la plus petite au Canada, la maison Denis-Launière est le dernier vestige de la présence malécite au Bas-Saint-Laurent. La maison Denis-Launière revêt un aspect symbolique pour les Malécites. Elle a été un lieu d’accueil et de rassemblement, Joseph Launière, dernier habitant de la maison, étant très accueillant et toujours ouvert à de nouvelles rencontres.  La maison Denis-Launière rappelle également la présence malécite sur le territoire du Bas-St-Laurent lorsque, tout au long du 19 et 20e siècle, la pointe de Cacouna était occupée par les Malécites. Comme elle a été la seule maison à traverser l’épreuve du temps sur le territoire de la communauté, la maison Denis-Launière symbolise la Nation malécite qui ne veut pas s’éteindre et qui, malgré les épreuves, est toujours debout. Cette maison de bois représente le rocher sur lequel viennent se fracasser vents et marées. Durant la période estivale, on peut aussi s’y procurer de l’artisanat autochtone dans l’ancienne remise annexée à la maison.

 

BIBLIOTHÈQUE ÉMILE-NELLIGANGOOD ONE

Mot de bienvenue par Madame Ghislaine Daris, mairesse de Cacouna

Personne-ressource :
Monsieur René Voyer, responsable de la bibliothèque 

Le 16 février 2015, Cacouna procédait à la réouverture de sa bibliothèque dans l’ancienne sacristie d’une église qui est classée monument historique, ce qui constitue en fait une première au Québec. De plus, cette nouvelle bibliothèque a reçu le nom emblématique de  « Bibliothèque Émile-Nelligan », en rappel des nombreux étés que le poète québécois a passés dans cette localité durant sa jeunesse, tout juste avant le dramatique internement que l’on sait. Notons qu’un effort particulier a été consenti pour que soit mise en valeur la beauté du lieu, sans pour autant négliger l’aspect pratique et moderne que commande la mise en place d’une bibliothèque résolument tournée vers l’avenir. À l’extérieur, un œil géant, constitué des photos passées et présentes de citoyens, attire d’abord le regard des visiteurs. À l’intérieur, un comptoir moderne dessiné sur mesure, des étagères sur roulettes, des présentoirs rotatifs, une banquette pour les jeunes, un espace de réunion modulable à l’infini et des cellules d’exposition uniques, à l’intérieur des anciens confessionnaux, viennent compléter le tout. Une exposition permanente sur Nelligan, qui prendra place dans le chœur de l’ancienne chapelle, est actuellement en préparation. Pour qui connaît un tant soit peu la poésie de Nelligan, quoi de mieux en effet qu’une ancienne « petite chapelle » pour faire honneur à cette œuvre québécoise incontournable qui, selon certains experts, auraient été en partie rédigée à Cacouna…

 

DEUX NATIONS UNE FÊTEDeux Nations Une Fete

Personnes-ressources :
Madame Karine Boutin, agente de développement communautaire à Cacouna 
Madame Laurence Côté-Cournoyer, agente de développement culturel de Malécite de Viger

«Deux Nations Une Fête » est un partenariat culturel issu de la volonté du Comité de développement de la municipalité de Cacouna et le Comité culturel de laPremière Nation Malécite de Viger de faire un événement récurrent qui valorise l’histoire et le patrimoine des deux communautés.

«Deux Nations Une Fête » partage un territoire commun et des objectifs communs : créer un événement rassembleur, développer le sentiment d’appartenance, faire découvrir nos deux cultures et apporter du soutien aux artistes, aux artisans et à l’économie locale.

Dans un objectif de valorisation de notre histoire et de notre culture, la présence sur le territoire de deux Nations et deux cultures représente une richesse patrimoniale incontournable et un attrait certain pour les visiteurs.

« Deux Nations Une Fête rassemble « le Festival historique de Cacouna » et « le Rassemblement de la route des Sauvages ». Ces deux événements se déroulent simultanément sur le territoire de la municipalité de Cacouna et dans la communauté de la Première Nation Malécite à Cacouna.

 

PRÉSENTATION DE LA POLITIQUE CULTURELLE  DE LA PREMIÈRE NATION MALÉCITE DE VIGER

Personne-ressource :
Madame Laurence Côté-Cournoyer, agente de développement culturel de Malécite de Viger

La politique culturelle de la Première Nation Malécite de Viger (PNMV) constitue l’outil de gestion, de planification et de promotion que la communauté entend suivre pour les prochaines années. Elle fut conçue à partir de recherches, de faits historiques, de consultations et de différents documents élaborés pour le compte de la Première Nation Malécite de Viger. Ce document est le premier canevas d’une politique qui favorisera la recherche, la mise en valeur, la promotion et la protection des arts et du patrimoine culturel malécite par laquelle la communauté devrait renforcer son lien d’appartenance et assurer un héritage culturel aux générations futures.

 

10h30   DÉPART de Cacouna vers L'Isles-Verte

 

AtelierdORVISITE DE L'ATELIER L'ALGUE D'OR ET DU MUSÉE BLANCHE LAMONTAGNE
www.lalguedor.com

Personne-ressource:
Madame Cynthia Calusic, poétesse et artisane

Inspirée par les algues, la mer et les paysages de sa région, la poétesse et artisane Cynthia Calusic fabrique papiers et reliures inédites dans sa maison ancestrale. À la boutique, algues et poésie imprègnent chaque objet (papeterie, livres d’art et tableaux). Découvrez-y un musée voué à Blanche Lamontagne, la première poétesse québécoise, et à l’histoire littéraire de L’Isle-Verte. Retrouvez également les artistes et artisans qui font l’originalité du village.

La visite comprend :

  • Présentation de l’œuvre de Blanche Lamontagne et de l’histoire L’Isle-Verte
  • Présentation des œuvres de l’artisane (livres d’artiste, reliures, tableaux, etc) et des artisans régionaux en vente à la boutique.
  • Présentation de l’atelier : histoire du papier et technique de fabrication de papier de chiffons aux algues.

 

VISITE DE LA MAISON LOUIS-BERTRANDmaisonLouisBertrand
www.maisonlouisbertrand.uqar.ca

Personne ressource:
Monsieur Denis Boisvert, UQAR

Située au cœur du village de L’Isle-Verte (168, rue Saint-Jean-Baptiste), la Maison Louis-Bertrand a été classée «monument historique» par le gouvernement du Québec et «lieu historique» par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

La vaste demeure a été bâtie en 1853 pour le marchand et notable Louis Bertrand, qui avec l’aide de son fils Charles, contribua au développement de la région au XIXe siècle, d’abord dans l’exportation du bois vers l’Angleterre, puis dans une fonderie et dans des moulins. La famille faisait partie de l’élite régionale. Autant Louis que Charles ont également été actifs sur la scène politique, au municipal et au fédéral.

Depuis quatre générations maintenant, les familles Bertrand et Michaud ont préservé l’héritage de la Maison Louis-Bertrand. Cette résidence bourgeoise est pourvue de son mobilier et de son décor d’origine. On y retrouve aussi des costumes d’époque, des instruments de navigation, des trophés de chasse, une collection de livres, un piano, des objets décoratifs, des accessoires de maison, etc.

La maison constitue «un remarquable exemple d’architecture québécoise d’inspiration néo-classique», exprimant à la fois l’influence française, britannique et américaine. Une grande véranda qui ceinture la maison contribue à son caractère pittoresque.

La proposition de don des frères Michaud a été acceptée par une résolution du conseil d’administration de l’UQAR à sa réunion du 22 novembre 2005. L’entente a été signée devant notaire le 25 novembre.

 

12h00 - Diner

 Au Ptit menu, 109 Rue Saint Jean Baptiste, L'Isle-Verte, QC G0L 1K0

Situé dans le cœur du village à deux pas de l’Algue d’or, dans une belle vieille maison, la nourriture typiquement québécoise est présentée avec originalité et bon gout!

 

13h00  Cocréation et approche living lab pour l’accroissement des capacités innovantes et collaboratives d’un milieu.

Édifice de la Cour de Circuit de L'Isle-Verte, 199, rue Saint-Jean Baptiste, L'Isle-verte, Québec, G0L 1K0

logo llio couleur

Personne-ressource:
Monsieur David Guimont, enseignant-chercheur-facilitateur au Living lab en innovation ouverte (LLio) du Cégep de Rivière-du-Loup.

Cette conférence sera l’occasion de présenter un cas réel qui se déroule dans la région de Rivière-du-Loup : la cocréation, au sein d’un living lab, d’une expérience touristique enrichie par la technologie. Ce cas sera le prétexte à présenter l’approche living lab et certains outils de cocréation pertinents pour l’intervention en contextes touristique, culturel et municipal.

Sans être versé dans une seule approche de cocréation, le LLio en embrasse plusieurs. Quand il s’agit de cocréer des solutions qui impliquent et satisfont les parties prenantes et qui placent les usagers au cœur de la démarche, le LLio utilise le Design thinking, les jeux d’innovation, les dynamiques de groupes, les combinaisons d’interactions locales et virtuelles, le design participatif, etc. Le tout afin de faire émerger l’intelligence collective et l’engagement.  

Qu'est-ce qu'un living lab ?

  • Un processus qui rassemble des usagers de façon durable et significative. Le processus est centré sur les usagers (touristes, clients, citoyens, utilisateurs, aînés, etc.), il peut même être « porté » par ceux-ci lorsqu’ils l’initient ou le renouvelle pour la recherche de solutions qu’ils ont identifié eux-mêmes.
  • Une qui facilite l’innovation : un réseau, un espace, une approche, des processus pour innover.
  • Un écosystème, un partenariat public-privé-population, un terrain neutre entre parties prenantes.
  • Des innovations testées ou mises en oeuvre dans le vrai monde.
  • Un environnement de recherche.

Consulter le document de présentation dans la bibliothèque des membres
La présentation est accessible aux membres du réseau de la Fondation VVAP dans la section qui leur est réservée. Pour les participants du Colloque VVAP 2015, veuillez communiquer avec nous si vous étiez des nôtres.

 

15h00 - Conclusion et retour à l'Auberge de la Pointe 

 

 

La Fondation VVAP tient à remercier les partenaires du Colloque VVAP 2015

    logo-partenaires

 





Contactez-nous

Coordination
Édition du contenu web
edimestre@artetpatrimoine.org

ou encore par la poste à l'adresse suivante :

Fondation VVAP
294, rue St-Jacques Nord
Coaticook (QC) J1A 2R3

Abonnez-vous à notre infolettre

captcha

Scroll to Top